15 jours au Japon avec le sac KATA 3N1-20

Emmener son matériel photo chez des amis pour une soirée n'est pas tout à fait comparable avec un séjour de deux semaines à l'étranger. Dans le premier cas, un petit sac Crumpler comme le Pretty Boy XXL (ou ses successeurs) fera parfaitement l'affaire. Dans le second cas, il est prudent d'envisager quelque chose de plus confortable. Fatigué d'avoir une épaule plus basse que l'autre pendant mes balades, j'ai donc opté pour un sac à dos Kata 3N1-20.
Ce dernier présente certains d'avantages par rapport à son concurrent direct, le Lowepro slingshot 200 AW, dont le plus important est sans doute la possibilité de le porter en sac à dos avec deux bretelles ou en slingshot avec une seule bretelle, à droite ou à gauche, selon sa préférence.
Mon matériel n'est pas nombreux, mais il est lourd. Le 40D couplé au 24-70 f/2.8 atteint tranquillement 1,8 kg. Avec un 30mm f/1.4 de 430 g, on est à plus de 2,2 kg. À moins d'être rugbyman, n'essayez pas de porter tout cela sur une seule épaule pendant une journée de marche. Un sac à dos est donc pour moi indispensable.

kata-sling-bag-lg

Malheureusement, sur le terrain, au Japon précisément, le sac 3N1-20 n'a pas rempli toutes ses promesses. Voici quelques limitations que j'ai rencontrées.
En premier lieux, fin mars-début avril le temps est frais à Tokyo/Kyoto/Osaka, donc une bonne veste, et souvent un pull sont indispensables. Emmitouflé de la sorte, il est très peu commode d'utiliser le sac en slingshot. Pour faire pivoter le sac facilement il vaut mieux être en tshirt, pull fin, ou coupe-vent/k-way.
Ensuite, en milieu urbain japonais, les foules sont parfois denses, et marchent rapidement. Le temps de sortir d'appareil du sac dans ces conditions, et vous êtes certains de rater ce que vous vouliez photographier.
Sur le long terme, votre dos vous fera bien sentir que le placement de l'appareil à l'intérieur du sac n'est pas équilibré. En effet, le rangement de l'optique à l'horizontale avec le boîtier à gauche ou à droite introduit un léger déséquilibre qui se fait nettement sentir sur la durée. Si bien que j'ai fini par garder l'appareil autour du cou en permanence, le sac ne servant qu'à transporter quelques breloques et mon second objectif.
Par ailleurs, le Japon est un pays très sûr. Vous pouvez vous promener à peu près partout, de jour comme de nuit, avec 2000 euros de matériel photo pendu autour du cou, sans rien risquer. Cela réduit d'autant l'utilité d'un sac de type slingshot, dont le but est de conserver votre matériel à l'abri tout en le maintenant à portée de main.
Lors des manipulations pour extraire ou ranger l'appareil dans la poche latérale, j'ai trouvé que le clip de fermeture n'arrivait pas bien en face de son réceptacle. Il m'a fallu me livrer parfois à quelques contortions pour parvenir à fermer complètement cette poche. C'est assez dommage, et frustrant. J'ai aussi eu l'impression que les bretelles du sac se dérèglent assez facilement, surtout si on enlève et remet son sac très souvent.
Je voudrai tout de même finir avec quelques éléments positifs, car je suis malgré tout content de ce sac. Le compartiment supérieur, indépendant de la partie "photo" du sac permet de ranger pas mal de chose, surtout si le haut de votre compartiment photo est vide, car la séparation entre les deux est souple. On peut par exemple y loger un ou deux livres de poche, quelques babioles et un pull pas trop épais. Si le pull ne rentre pas dans cette poche, vous pouvez le glisser dans la grosse poignée au dessus du sac. Le 3N1-20 ne prévoit pas de fixation pour un trépied, mais c'est très facilement réalisable. Il vous suffit de bien attacher le haut de votre trépied avec une sangle ou une cordelette à l'anneau métallique du sac, et d'utiliser la sangle abdominale du sac pour maintenir le bas du trépied. Le résultat est très fonctionnel. Pour finir, il est très solide. J'ai usé et abusé des fermetures éclair, j'ai bourré les poches, j'ai tiré sur les sangles, et il n'a pas montré le moindre signe de faiblesse ou d'usure.

À lire aussi :

6 comments

  1. Bonjour,
    Etant moi-même intéressé par ce produit, je me rends compte au fur et à mesures des retours d'expériences que je lis partout que le système sling n'est pas parfait. Quelle que soit la marque (Lowepro, Vanguard, Tamrac, Samsonite, Caselogic, ...) il y a toujours quelque chose qui cloche, sans parler des prix souvent exagérés. Me conseilleriez-vous dem'orienter vers un sac à dos classique ou la fonction sling vous a elle tout de même été utile ? Par avance merci.
    Cordialement. Seb

  2. Bonjour Seb, et merci pour le retour.

    En effet, le format slingshot n'est pas d'une ergonomie et d'un confort total. Après ce voyage et une utilisation quotidienne du KATA 3N1-20 j'aurai tendance à conseiller le format sac à dos à tout le monde. Je n'ai d'ailleurs pas utilisé le mode slingshot de tout le séjour.
    Néanmoins, j'aime avoir le choix, et sur ce point, le 3N1-20 présente un avantage net sur ses concurrents.
    Je pense que je vais remettre les bretelles en mode slingshot d'ici quelques jours, car le beau temps pointe son nez, et je vais être moins encombré par mes vêtements. La bascule du sac autour du torse se fera avec plus de facilité !
    De plus, contrairement au Japon, en France, je ne suis pas complètement à l'aise avec l'idée de porter mon matos à la vue de tous pendant de longues périodes.

    Après, je ne sais pas si je suis qualifié pour donner des conseils, étant finalement assez peu expérimenté dans le choix des sacs photos. Je pense qu'il est souhaitable de pouvoir essayer un sac en condition réelle, sur une journée entière, pour vraiment se faire une idée. Tout dépend vraiment de l'utilisation qu'on en fait.

  3. A la faveur d'une recherche j'arrive ici et votre expérience est précieuse.
    j'hésite entre le modèle 30 et le flipside 400. L'intérêt serait pour moi de pouvoir ranger 2 boîtier équipés... Pensez vous que le compartiment du hait est assez protégé et suffisamment grand pour un 40D+grip+17-55 f2.8?
    en espérant votre réponse
    cordialement

  4. Le mieux c'est encore d'aller essayer vous-même en boutique...
    Surtout que le modèle 30 est un peu plus grand, là où ça pourrait coincer dans le 20, peut être que ça rentre parfaitement dans le 30.
    Par ailleurs, le compartiment du haut peut s'agrandir par le bas, en rognant sur les emplacements juste en dessous. Ça dépend donc aussi de votre remplissage global.
    Finalement la poche supérieure reste peu adaptée je pense au stockage d'un reflex complet. Le matériel y serait en sécurité, mais certainement moins bien maintenu que dans les compartiments prévus à cet effet.

  5. J'ai un LowPro Slingshot 200 depuis maintenant un an et j'en suis bien satisfait. Même habillé en hiver, ce qui veut dire très épais ici au Québec, il pivote parfaitement. Je pratique le Kite sur la neige et je ride avec mon équipement sur le dos sans problème. Mon sac contient un Nikon D3000 avec trois lentilles, 18-55, 70-300 et 35 1.8f, plus un flash et une bague macro 25 mm. Dans la pochette du haut j'ai trois filtres. et dans la pochette arrière un kit de nettoyage. Ce n'est pas le sac idéal pour les très longues expéditions pour les quelles je prévoit m'acheter un Tamrac Adventure 9 ou 10. J'aime beaucoup votre site, merci pour les tests.

  6. MERCI André LArochelle 26 avril 2010 at 19:28 le québécois
    je vais prendre le Lowepro 202 aw du coup à 59€ il sera parfait pour mes voyages
    en fin d'année je pars en Inde rajhastan puis Turquie pour finr à Rhodes
    et pour ranger mon Nikon D750 monté nikon 35 mm f:1.8 et zoom 24X70mm f:2.8 nikon filtres et cartes SD + kit de Nittoyage et chargeur de secours avec connextique, 1 carnet et 2 stylos = un mini trépied articulé
    un coupe vent, un mini parapluie et une paire de lunettes crème solaire et désunfectant alcoolique main avec mes papiers vis/passeport et le paquet de mouchoirs etc...
    vraiment tu m'as réconciliée avec ce sac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *