5 bonnes raisons de ne pas acheter de SSD

Le SSD, solid state disk, c'est la mode, c'est hype, c'est geek, mais c'est l'avenir. Et comme c'est l'avenir, il convient de ne pas trop se précipiter. D'ailleurs, on a souvent tort d'avoir trop tôt raison.
Enfin, quand j'écris que c'est l'avenir, c'est surtout pour le grand public, parce que les gens exigeants, eux, utilisent déjà des SSD depuis plus de 10 ans. Ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est le SSD grand public, car j'en suis sûr, personne ici n'a envie de débourser 8000 € HT pour un SSD "entreprise" de 250 Go, même si les performances explosent littéralement tout ce que vous pouvez trouver dans le commerce. Pour moi, il est clair que le SSD grand public n'est pas prêt. Voici quelques raisons de s'en passer pour le moment :

  1. Le prix au Go est dissuasif. C'est presque la tarte à la crème des arguments, mais c'est partiellement faux. Néanmoins, il paraît que c'est la crise, et si en 1997 on pouvait "facilement" dépenser l'équivalent de 120 € pour 1 Go de disque dur, 3 €/Go semble être actuellement une pilule un peu dure à avaler. Surtout quand on trouve maintenant des disques autour de 0,07 €/Go. À la lumière de ces petites comparaisons, vous comprendrez qu'en attendant un peu on devrait voir les prix s'effondrer assez rapidement.
  2. Les capacités des disques SSD sont relativement faibles. Je vis très bien avec un disque de 160 Go, mais force est de constater que la numérisation de nos loisirs amène les gens à remplir de plus en plus leurs disques durs. Les photos ne sont plus sur papier, les musiques sont de plus en plus rarement sur CD… et leurs équivalents numériques viennent saturer les ordinateurs.
  3. Les SSD sont "biodégradables". J'entends par là que la technologie utilisée dans ces supports ne permet pas de leur garantir une grande durée de vie. Progressivement, les performances se dégradent, les cellules "s'usent", et la capacité du volume diminue. Par ailleurs, un SDD qui resterait débranché pendant trop longtemps (archivé quelque par, par exemple), perdrait progressivement les données qui sont inscrites dessus. Exit la postérité.
  4. Les systèmes d'exploitation ne sont pas encore tout à fait mûrs pour le SSD. Ils doivent savoir faire quelques pirouettes techniques avec les écritures/effacements de données pour ralentir le vieillissement des cellules mémoire. Malheureusement, à l'heure actuelle je crois qu'un seul système grand public peut gérer correctement des SSD.
  5. Pour finir, les SSD eux-mêmes ne sont pas mûrs. Oui, ils ont été démoulés trop chaud. Si vous suivez un peu l'actualité du SSD, vous n'aurez pas manqué de noter le nombre de mise à jour de firmware qui sont proposées pour ces engins. Sans m'avancer trop, je crois pouvoir dire qu'il y a eu plus de mises à jour de firmware sur les SSD depuis 1 an que sur les disques durs lors des 10 dernières années. On vous promet à chaque fois plus de performances, ou des corrections de bugs, et régulièrement des utilisateurs perdent toutes leurs données, voire même, le fabricant retire sa mise à jour car elle s'avère calamiteuse.

Alors un bon conseil : gardez vos gros disques durs !

One comment

  1. Ça rejoint un peu ce que je pensais des SSD… C'est attrayant, mais très très cher et encore jeune technologiquement parlant.

    Je vais encore attendre un peu avant de faire le grand saut :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.