Norwegian Wood

Il y a moins de deux ans, je me suis délecté à la lecture du roman de Murakami (Haruki), La ballade de l'impossible, aussi connu sous le titre Norwegian Wood. Quand une amie japonaise m'a annoncé que le livre allait faire l'objet d'une adaptation cinématographique, j'ai été enchanté. Et j'ai attendu. Longtemps. C'est toujours plus long quand on attend, n'est-ce pas ?
Quand un cinéma de Lyon a programmé le film en avant-première, je me suis tout naturellement précipité. Malheureusement, la déception est à la hauteur de mon attente. Le film est long et ennuyeux. La musique trop forte tombe souvent dans le cliché, tuant du même coup les scènes qu'elle est censée accompagner. Les images sont parfois juste moches, et la quantité de plans ou de séquences qui valent le coup d'œil est négligeable. Bref, on se fait chier. Tant et si bien que certains spectateurs sont sortis avant la fin, que d'autres n'ont pu s'empêcher de rire comme des potaches pendant les dialogues un peu crus… Je ne peux même pas leur en vouloir, et pourtant je ne supporte pas d'être dérangé quand je regarde un film, c'est dire à quel point cette adaptation de Noruwei no mori par Anh Hung Tran est décevante !

edit : On peut lire sur le site de télérama un commentaire assez affligeant :

[le film] troque l'âpreté du livre contre un lyrisme contemplatif

La personne qui a écrit ça n'a pas lu le lire, et sans doute pas vu le film. Le roman est tout sauf âpre. Quant au lyrisme du film, il n'est pas contemplatif, la musique tarte-à-la-crème est bien trop intrusive pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.