Bien perdre le nord

En France, et de manière générale en Europe, on a largement tendance à utiliser des plans et des cartes dont le haut de la feuille pointe vers le nord. On a grandi avec, et finalement c'est quelque chose d'habituel, à tel point qu'en cherchant à m'orienter au Japon, j'étais bien surpris de trouver à certains coins de rues des plans dont l'orientation est subjective. C'est à dire qu'en vous plaçant face au plan, vous avez en bas de ce dernier la représentation de ce qui se trouve derrière vous, et dans le haut la représentation de ce qui se trouve devant vous.
Ce schéma de pensée en vaut un autre, mais il est néanmoins très perturbant. C'est pourtant la nouvelle orientation qu'a choisi d'imposer la compagnie de transports en commun lyonnaise (TCL). Désormais, dans les stations de tramway lyonnaises, les plans de quartier ne sont plus orientés avec le nord en haut, mais avec "ce que vous regardez" en haut.
J'ai tout de même un gros doute sur la pertinence d'un tel changement totalement unilatéral : à ma connaissance, ils sont les seuls à faire ça. Et puis, ce serait peut être justifiable, si seulement par le jeu du hasard ou de l'incompétence certains plans ne s'étaient pas retrouvés à l'envers par rapport à l'orientation subjective attendue : ce que vous voyez est en bas du plan, ce qui est derrière vous est en haut du plan, et bien sûr le nord ne pointe pas vers le haut.

One comment

  1. Comment fait-on avec un plan placé "à l'horizontale" style table d'orientation (de désorientation?)
    bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.