Double exposition sur film

Il y a quelques années j'avais exploré avec une amie le travail en double exposition sur film. Malheureusement une panne de flash avait largement perturbé mes plans et j'avais du me rabattre sur un bricolage de fortune qui n'avait pas donné satisfaction. En juin 2022 j'ai décidé de remettre mon ouvrage sur le métier avec la précieuse collaboration d'une Emma percluse de fatigue. Ça tombait bien (la fatigue), car pour le modèle c'est un travail lent et très statique.

Pour en venir au cœur du sujet, la double exposition sur film c'est l'action de prendre deux photos sur la même tranche de film. Dans un processus normal après avoir pris une photo, le film se déplace pour que la photo suivante soit prise sur une partie vierge. Ici on bloque le déplacement du film pour prendre une seconde image par dessus la première. Mélanger deux images n'importe comment n'apporte en général pas grand chose. Le mélange doit être un petit peu préparé (dans la tête du photographe) pour que le résultat soit autre chose qu'une image illisible. Il s'agit de garder en tête une règle très simple : une pellicule ne peut recevoir qu'une quantité donnée de lumière. Donc les zones noires de la première photo pourront recevoir des informations lumineuses de la seconde photo mais les zones blanches de la première photo ne pourront presque pas recevoir de lumière de la seconde photo.
Avec cette règle de base en tête j'avais décidé de créer des images très simples. Une première photo découpant une silhouette en ombre chinoise permet de créer une zone blanche (autour) et une zone noire (la silhouette) assez bien identifiées. La seconde photo n'aura alors en théorie pour s'exprimer que l'espace noir de la silhouette, le tour étant déjà saturé de lumière.
La différence entre la théorie et la pratique (en tout cas pour moi) se situe dans la difficulté d'obtenir une silhouette bien propre, sans que la lumière bave partout. C'est presque impossible en réalité sans un matériel professionnel spécifique. Avec une boite à lumière conventionnelle, la lumière qui se trouve derrière le modèle va nécessairement baver sur le devant du modèle. Non pas qu'elle fasse le tour, elle se déplace en ligne droite, mais comme Emma est en 3D, on obtient toujours un peu de réflexions lumineuses sur les rotondités d'icelle. Ce n'est pas pour autant une malédiction : cette lumière qui parasite la franchise de la silhouette apporte une texture intéressante, un léger modelé et des détails assez bienvenus finalement car ils donneront du relief au résultat.

En termes de réalisation, il faut un arrière-plan très lumineux et un modèle statique pour réaliser la première photo. La seconde photo sera prise de préférence sur fond sombre, mais on peut varier les plaisirs en fonction de ce qu'on souhaite incruster dans la silhouette.
Le cadrage est important car un souci d'alignement entre les deux photos peut ruiner l'image finale.
Au delà des aspects créatifs il faut s'assurer du bon réglage de l'appareil, de la puissance du flash, maîtriser l'incidence de la lumière ambiante, etc. Comme il n'est ni très pratique ni économique de faire un rouleau de film et d'aller le développer pour voir ce que ça donne, j'ai utilisé mon boîtier numérique pour faire mes réglages et les reporter sur le Mamiya. Ce mode opératoire est rendu possible par une utilisation des deux appareils en manuel : sensibilité, vitesse et ouverture fixés à la main.
Mon optique étant d'incruster une image correctement exposée dans une silhouette totalement noire, sachant que le film supporte mieux la surexposition que le numérique, j'ai exposé chaque image normalement. Ci dessous un exemple de résultat, avant ("brut de scan") et après retouche :

Emma en double exposition, scan brut du négatif

Sur cet exemple le cadrage général n'est pas terrible, le cadrage de la seconde photo dans la première est perfectible, mais le rendu final est assez satisfaisant. La post-production a donc consisté en un recadrage pour éliminer l'espace non-blanc à la périphérie de la boîte à lumière. J'ai surexposé les zones claires pour blanchir tout le fond de l'image, légèrement noirci les tons sombres, ajouté un peu de contraste et de saturation.

Emma en double exposition, scan retouché

Dans un style moins floral voici un second exemple sur du film noir et blanc, avant/après :

Emma en double exposition, scan brut du négatif

Emma en double exposition, scan retouché

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.