Flickr ou pas Flickr…

Depuis deux ans que je pratique la photo, on m'interroge souvent sur l'existence d'un compte Flickr à mon nom. Comme si, finalement, faire de la photo sans avoir "un Flickr" était impossible ou inconcevable. Quand je réponds par la négative, les gens qui ont de l'à-propos répliquent qu'il est pourtant très intéressant d'avoir un retour sur son travail.
Bien sûr, ils ont raison. À plus forte raison car le désir de plaire, au sens large, est profondément enraciné en moi. Me faire remarquer ou faire réagir les gens avec mes photos flatte nécessairement mon ego. Et pourtant, je ne payerai pas pour poster et partager ma production photographique (combien de p dans cette phrase ?).
La première raison qui me vient à l'esprit, c'est que j'aime tout maîtriser et ne pas être limité. Sur le site de Flickr, on ne maîtrise ni la présentation, ni les formats des images. On est aussi limité par un quota d'utilisation, et il faut payer pour passer en mode "pro" et pouvoir dépasser certaines de ces limitations. J'ai déjà mon propre serveur, sur lequel je n'ai pas vraiment de limite. Puis soyons cohérent, à quoi bon se payer l'achat et l'hébergement d'une machine, et payer pour mettre ses photos ailleurs ?
Il existe un autre frein, moins perceptible par l'utilisateur lambda, mais tout aussi réèl : la licence d'utilisation. Autant que je puisse dire, la licence de Flickr est correcte. On l'a déjà vu plusieurs fois par le passé, et on le reverra sans doute souvent : des sites communautaires et les sites de service s'amusent parfois à changer discrètement leur licence d'utilisation pour s'approprier tout ou partie du contenu posté par les utilisateurs.
La licence d'utilisation de Flickr, qui est en fait celle de l'ensemble des services Yahoo!, me pose quelques problèmes (article 8) :

Pour ce qui concerne le Contenu que vous stockez, transmettez ou mettez en ligne sur les Services en vue de le rendre accessible à des tiers, vous accordez à Yahoo! et aux sociétés du Groupe Yahoo!, pour le monde, un droit non-exclusif et gratuit d'utilisation permettant à Yahoo! et aux sociétés du Groupe Yahoo! de reproduire, publier et diffuser ce Contenu aux fins de fourniture du Service, de sa promotion et de sa distribution, et ce, sur tout support électromagnétique et par tout moyen de communication électronique, sur les sites du Groupe Yahoo! et sur les sites de partenaires ou de tiers. Ce droit est accordé pour la durée pendant laquelle vous déciderez d'inclure le Contenu sur le Service. Vous garantissez à Yahoo! avoir préalablement obtenu les droits nécessaires à cette exploitation et que le contenu est conforme à la loi et ne porte pas atteinte aux droits de tiers.

Cela soulève la question de la confiance. Finalement, ais-je envie de faire confiance à une entreprise étrangère, dont le but premier est la satisfaction de ses actionnaires, pour gérer au mieux mes intérêts ? La réponse est non.
Pour finir, j'ai un peu de mal avec la notion de communauté. Pour moi, toute communauté un peu formelle génère du communautarisme. En être ou ne pas en être, finalement, la question se résume à cela. D'aucuns diront qu'il est toujours agréable d'en être, l'union fait la force, et tout et tout. J'ai un doute. Si Flickr (ou Facebook, MySpace...) crée une communauté, c'est avant tout pour asseoir une position sur un marché. En réalité votre union fait sa force. Plus vous êtes nombreux à y adhérer, plus il devient incontournable.
Alors bien sûr, cela ne rime à rien d'être seul sur un réseau. Je partage mes photos ici-même et sur Café Salé, une communauté (et oui) relativement petite où la photographie n'est pas la discipline centrale. Je tente ainsi d'obtenir quelques retours sur mon travail. Mais il ne faut pas se faire d'illusion, peut être que Flickr a déjà gagné. Débuter dans la photographie en évitant soigneusement les sites incontournables s'apparente souvent à une traversée du désert. Le prix de la liberté, sans doute.

edit : ajout de l'extrait de licence

4 comments

  1. J'ai gagné un compte Flickr pro l'an dernier; hier, il arrivait à terme, et j'ai décidé de payer pour le renouveler. J'aime la facilité de publication, le retour des autres photographes, même si j'utilise plus flickr pour aller voir le travail des autres que pour montrer le mien.

    Et puis, surtout, grâce à l'API de Flickr et quelques nuits blanches à apprendre le PHP, j'ai pu réaliser un petit portfolio: http://www.as-i-am.fr/albums/ qui se met à jour à chaque ajout de photos dans Flickr, et ça m'évite d'avoir à gérer moi même les miniatures.

    Bref, my 2 cents comme on dit, mais je ne me serais pas embarquée là dedans si j'avais pas gagné un an gratuit à la base !

  2. Merci annso pour ton retour, et chapeau pour l'utilisation de l'API.
    Il est clair qu'on ne peut pas leur reprocher de tout faire pour faciliter la vie de l'utilisateur. De manière générale, Flickr est une plateforme puissante. Et pouvoir en profiter clef en main sans se fatiguer à maintenir sa propre infrastructure comme je le fais est une perpective alléchante.
    Néanmoins, je ne suis pas (encore ?) prêt à échanger mon baril d'indépendance contre deux barils de Flickr.

  3. D'accord avec toi sur toute la ligne même si je suis une vendue qui paye son flickr :D

    J'ai commencé modestement avec mon petit site de photo fait à la sueur de mon front qui est encore en ligne si tu cherches bien, mais plus pour longtemps...

    Les forum ne me satisfaisaient plus après toutes ces années, plus le temps non plus.
    Je me suis essayée à deviant art aussi pendant un temps.

    Bref, Flickr n'est pas parfait mais je l'ai choisi a une époque où il était encore loin d'être "the number 1" et parce qu'il me simplifiait la vie, oui je suis une flemme.

    Quant à l'argument des retours, je ne pense pas qu'il soit vraiment. Objectivement, à part les "fav" et les "great" lancé en commentaires sur Flick (qui flattent l'égo cela va de soi), rares sont les critiques vraiment pertinentes et constructives.

    Les forums sont définitivement la meilleure solution selon moi si l'on veut des retours. Mais cela suscite aussi d'y passer du temps : si je reçoit je doit donner en retour (libriste dans l'âme :p), et connaissant ma tendance à la nolifification, j'évite désormais tout ce qui ressemble de près ou de loin à un chan ou à un forum... Flickr est donc pour moi, et cela n'engage que moi, un compromis qui m'arrange pour le moment. Je caresse tout de même l'idée d'un nouveau site photo même si il n'aura qu'une piètre audience.

  4. Salut, déjà je m'étais posé les mêmes questions que toi auparavant. Mais j'ai décidé d'aller sur flickr, compte gratuit, et ce pour plusieurs raisons.

    Déjà, je possède un espace web mais limité et avec peu de bande passante. Même si je pouvais disposer mes photos sur mon site, qui verrait mes photos ? à part ceux qui trouve mon site noyé dans la masse sur google, ou alors le bouche à oreilles, m'aurait ramener quelques personnes. Pourquoi ne pas viser le monde entier et cela gratuitement ??

    Flickr peut être un très bon atout pour mettre un book en ligne gratuitement ou bien en complément de son site web ! on peut très bien disposer de très belles choses sur flickr pour ensuite enmener l'interrnaute vers son site pour en voir plus, non ?

    J'avais au départ crée une petite galerie en flash mais ça m'avait vite gavé et puis en faite, 3 pékins allait visiter mon site de temps en temps. Donc aucun intérêt de se donner du mal pour si peu. Sur flickr, si tu disposes des photos ou oeuvres assez sympa et si tu es bien pertinent au niveau des mots clés, tout en disposant tes photos dans différents groupes, tu seras assez vite connu et beaucoup plus visité que sur ton propre site web. Avec le recul, je trouve cela un peu étriqué et égoïste de reste sur son espace web alors que l'on peut disposer l'ensemble de ses créations sur différents support, et pas la peine de payer quoique ce soit !

    Je possède plusieurs album sur mon espace flickr, je peux discuter avec les gens, répondre aux questions, découvrir de magnifiques photos ou autre. Le faite de payer est en aucun cas une finalité. De plus en ce qui concerne la sécurité, je suis assez d'accord sur le terme communautaire mais bon. Personnellement je ne remplis peu d'informations, je ne suis absolument pas adepte à des endroits tel quel facebook, twitter et autre qui font perdre plus de temps qu'autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.