Rattrapage cinématographique

Ça faisait un moment que je n'avais pas parlé des films récemment vus. Voici les quatre derniers en date.
TRON: Legacy : encore un film qui me donne envie de résilier mon abonnement UGC. De la 3D inutile, un confort visuel amoindri, et une image perturbée et assombrie par des lunettes de merde. C'est un immense ras-le-bol que je souhaite exprimer ici. Le meilleur cinéma est celui en 2D numérique. C'est celui qui offre la meilleure qualité d'image, le meilleur confort visuel, et donc le plus de plaisir. La 3D systématique et surtaxée, c'est fini. J'ai donné une dernière chance à cette technologie avec TRON: Legacy. Là où le bas blesse, c'est que les films projetés en 3D sont de moins en moins souvent projetés en 2D, l'équation est simple : si je ne peux pas voir les films que je veux dans les conditions que je veux, alors je ne vais plus au cinéma.

Si vous voulez voir Jeff Bridges dans un bon film, allez plutôt voir True Grit. Des bons cowboy crasseux en 2D, y'a que ça de vrai. Un seul bémol : la fin est bâclée, on a droit à une scène de chevauchée sur fond vert, et côté scénario l'épilogue est un peu faible.

Affiche du film Never Let Me GoDans la série "Amérique crasseuse", Winter's bone vous plongera dans une ambiance glauque et violente, façon redneck. Une sorte de western moderne, finalement. À voir si vous aimez le genre.

Pour finir, Never let me go est sans doute le film de cette liste qui m'aura le plus intéressé. C'est une histoire de science fiction uchronique, dont tout repose sur des questions de bioéthique et de clonage. Pourtant, l'auteur esquive brillamment ces questions, et parvient à nous plonger dans une distopie romantique et inéluctable. Je vais certainement ajouter le roman original à ma liste de lecture.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.