On s’amuse avec IPMI

AOC-IPMI20-E-copyright-supermicroJ'ai passé un week end plutôt divertissant en compagnie d'IPMI. Tout a commencé avec la lecture d'un article édifiant sur arstechnica.com présentant IPMI comme un parasite, une sangsue.
J'ai toujours su instinctivement que l'IPMI pouvait, quelque part, poser un souci en terme de sécurité. Mais jamais je n'aurai imaginé que la situation fût aussi dramatique.
Les failles sont à tous les niveaux, tant dans le protocole IPMI, que dans les implémentations semi-propriétaires des fabricants. Elles sont dans les logiciels utilisés, elles sont dans le verrouillage que les fabricants imposent aux BMC, les rendant impossible à auditer, etc. Sysadmin de tout poil, je vous invite fortement à lire l'article d'Ars, et les proses de Dan Farmer et HD Moore.

Bref, j'ai tout lu, et disposant d'exemplaires HP et SuperMicro, j'ai tenté moi-même d'exploiter les failles décrites. Je ne rentre pas dans les détails, tout est déjà très bien expliqué dans la littérature sus-mentionnée. Par contre je vais donner quelques pistes pour l'installation des outils sous FreeBSD.

ipmitool, l'outil de base doit être installé avec FreeIPMI, sinon les manipulations permettant d'exploiter les BMC vulnérables ne fonctionneront pas. Sous FreebSD on peut simplement utiliser les ports :

# cd /usr/ports/sysutils/ipmitool
# make install clean
On active l'option "FREEIPMI" dans la configuration, et c'est parti.

On active l'option "FREEIPMI" dans la configuration, et c'est parti.

Ensuite il est possible d'installer metasploit, outils puissant et complexe. Pour gagner du temps, et si vous ne souhaitez pas approfondir l'usage de ce logiciel, vous pouvez décocher l'option "DB" au moment de l'installation du port :

# cd /usr/ports/security/metasploit
# make install clean

Si vous souhaitez jouer un peu avec les outils et scripts développés par Dan Farmer, vous devrez installer en plus le module perl CaptureOutput.pm, nécessaire au fonctionnement de rak-the-ripper.pl :

# cd /usr/ports/devel/p5-IO-CaptureOutput
# make install clean

Si vous avez en plus une machine disposant d'une BMC qui tourne sur FreeBSD, voici ce qu'il faut faire pour accéder à ce contrôleur parasite via ipmitool :

# kldload ipmi

Cela charge le module ipmi, si ce n'est déjà fait. Vous aurez quelque chose de ce style dans la sortie de dmesg -a :

ipmi0: <IPMI System Interface> port 0xca2,0xca3 on acpi0
ipmi0: KCS mode found at io 0xca2 on acpi
ipmi0: IPMI device rev. 1, firmware rev. 2.35, version 2.0
ipmi0: Number of channels 2
ipmi0: Attached watchdog
ipmi1: <IPMI System Interface> on isa0
device_attach: ipmi1 attach returned 16

Et vous pourrez ensuite vous livrer à toutes sortes d'expériences en local (donc une fois de plus sans authentification…).
La prudence veut que vous désactiviez immédiatement ce module ensuite :

# kldunload ipmi

même si, ne nous voilons pas la face, ça retarderait juste de quelques dizaines de secondes un éventuel attaquant.

Mettez bien à jour le firmware de vos BMC. Et quand je dis bien à jour, c'est très sérieux, puisque des firmwares récents chez HP (juin) ne corrigent pas l'énorme faille du Cipher-0. Il faut utiliser le firmware 1.60 publié fin juillet pour avoir une chance de corriger cette faille de sécurité.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *