Monter un serveur d’authentification multifacteur 2/3

Dans un article précédent, j'ai présenté les étapes nécessaires à l'installation du serveur de validation YK-VAL de Yubico sur FreeBSD 10.3. Ce serveur s'intègre dans l'infrastructure d'authentification double facteur Yubico selon le schéma ci-dessous.
proposition d'infrastructure YK-VAL YK-KSM

D'autres modèles sont possibles bien évidemment, comme celui qui consiste à mettre les services YK-VAL et YK-KSM sur la même machine.
La suite des opérations consiste à créer le serveur YK-KSM en suivant la documentation officielle de Yubico, et les informations ci-après.

Serveur de clés YK-KSM

Pour assurer la sécurité lors des manipulations de clés, ce serveur est supposé n'utiliser que des fichiers chiffrés via OpenPGP/GnuPG. Aussi, l'outil ykksm-import nécessite-t-il qu'une clé GnuPG soit utilisée pour chiffrer les clés en amont, à leur création sur le poste de l'administrateur par exemple. Il est néanmoins tout à fait possible de ne pas utiliser les commandes ykksm-gen-keys et ykksm-import pour faire fonctionner l'infrastructure d'auth double facteur. Il suffit alors de fournir les clés à la main en les injectant directement dans la table MySQL ad-hoc.

Les étapes supplémentaires liées à OpenPGP n'étant pas complexes à mettre en œuvre, je les présente tout de même.
Il s'agit donc dans un premier temps d'installer gnupg, et de créer une clé maîtresse. Cette clé est utilisée sur le poste qui servira à générer les clés Yubico (ici le serveur lui-même), et sur le serveur YK-KSM pour les déchiffrer au moment de les injecter dans la base de données.

Pour une raison qui m'échappe, le fonctionnement de pinentry-tty est assez hasardeux à l'intérieur d'une Jail, donc si vous souhaitez, comme moi initialement, faire l'installation du service YK-KSM dans une Jail, passez votre chemin, vous gagnerez du temps :)

La partie GnuPG est assez simple :

pkg install gnupg
gpg2 --full-gen-key

Et suivez l'exemple de la doc Yubico. Une fois que votre clé GnuPG est créée, vous pouvez passer à l'installation du service YK-KSM proprement dite.

pkg install git help2man p5-DBI mysql56-server p5-DBD-mysql apache24 mod_php56 php56-xml php56-curl php56-hash php56-pdo_mysql php56-mcrypt
git clone git://github.com/Yubico/yubikey-ksm.git
cd yubikey-ksm

L'utilisation de GIT n'est pas obligatoire, on peut aussi bien télécharger le master.zip à partir de github, comme je l'ai fait pour YK-VAL.
Tout comme pour ce dernier, le Makefile est inexploitable en l'état, j'ai donc eu recours à quelques bricoles pour générer l'environnement adéquat avant d'installer les fichiers à la main :

for DIR in $(awk '/prefix = / {print $3}' Makefile); do
	[ -d $DIR ] || mkdir -p $DIR
done

La commande awk '/prefix = / {print $1"="$3}' Makefile nous donne une série de variables, à laquelle j'ajoute DESTDIR, que l'on fourni ensuite à bash :

etcprefix=/etc/yubico/ksm
binprefix=/usr/bin
phpprefix=/usr/share/yubikey-ksm
docprefix=/usr/share/doc/yubikey-ksm
manprefix=/usr/share/man/man1
wwwprefix=/var/www/wsapi
DESTDIR=/

Cette fois-ci, les commandes ykksm-* utilisables dans le shell sont codées en Perl avec un shebang compatible Linux, pas FreeBSD. On peut faire un lien symbolique de /usr/local/bin/perl vers /usr/bin/perl ou on peut corriger les scripts avant de les installer :

sed -i'.old' 's,/usr/bin/perl,/usr/local/bin/perl,' ykksm-import
sed -i'.old' 's,/usr/bin/perl,/usr/local/bin/perl,' ykksm-gen-keys
sed -i'.old' 's,/usr/bin/perl,/usr/local/bin/perl,' ykksm-export
sed -i'.old' 's,/usr/bin/perl,/usr/local/bin/perl,' ykksm-checksum

Puis on lance la copie des différents éléments :

cp .htaccess ${DESTDIR}${phpprefix}/.htaccess
cp ykksm-decrypt.php ${DESTDIR}${phpprefix}/ykksm-decrypt.php
cp ykksm-utils.php ${DESTDIR}${phpprefix}/ykksm-utils.php
cp ykksm-gen-keys ${DESTDIR}${binprefix}/ykksm-gen-keys
cp ykksm-import ${DESTDIR}${binprefix}/ykksm-import
cp ykksm-export ${DESTDIR}${binprefix}/ykksm-export
cp ykksm-checksum ${DESTDIR}${binprefix}/ykksm-checksum
cp ykksm-config.php ${DESTDIR}${etcprefix}/ykksm-config.php
cp ykksm-gen-keys.1 ${DESTDIR}${manprefix}/ykksm-gen-keys.1
cp ykksm-import.1 ${DESTDIR}${manprefix}/ykksm-import.1
cp ykksm-export.1 ${DESTDIR}${manprefix}/ykksm-export.1
cp ykksm-checksum.1 ${DESTDIR}${manprefix}/ykksm-checksum.1
cp ykksm-db.sql ${DESTDIR}${docprefix}/ykksm-db.sql
cp Makefile ${DESTDIR}${docprefix}/ykksm.mk
cp doc/* ${DESTDIR}${docprefix}/

L'étape suivante est l'installation de la base de données. Suivez simplement les instructions de l'étape 3 de la doc Yubico.

J'ai traité l'étape 4 différemment de ce qui est proposé. J'ai préféré tout mettre dans le fichier .htaccess :

<IfModule mod_php5.c>
  php_value include_path ".:/etc/yubico/ksm:/usr/share/yubikey-ksm"
</IfModule>

RewriteEngine on
RewriteRule ^([^/\.\?]+)(\?.*)?$ $1.php$2 [L]

L'étape 5 se traite exactement de la même manière que pour YK-VAL. Et l'étape 6 se fait simplement en créant les liens symboliques à la main.

À l'étape 7, tout comme pour YK-VAL, on renseigne le mot de passe MySQL dans le fichier de configuration ykksm-config.php.

Ensuite, sous réserve que votre serveur web soit lancé, il ne vous reste qu'à tester que tout fonctionne. Comme indiqué dans la doc, le résultat attendu est une erreur de clé inconnue, ce qui est tout à fait normal.

Fabrication de clés et import dans la base de données

Les vraies clés seront ajoutées ultérieurement. Mais vous pouvez néanmoins tester l'ajout de clés bidons via ykksm-gen-keys et ykksm-import.

La fabrication de 5 clés se fait comme ceci (doc officielle) :

ykksm-gen-keys --urandom 1 5 | gpg -a --encrypt -r 67A59965 -s > keys.txt

où 67A59965 est l'ID de la clé GnuPG fabriquée un peu plus haut.

Ensuite l'import des clés se fait de cette manière (doc officielle) :

ykksm-import --verbose --database 'DBI:mysql:dbname=ykksm;host=localhost' --db-user ykksmimporter --db-passwd mot-de-passe-mysql < keys.txt

Dans un troisième et dernier article il sera question de la partie vraiment intéressante : comment provisionner de vraies clés, et comment brancher un Client YK (un serveur sshd par exemple) sur votre nouvelle infrastructure d'authentification double facteur.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *