Radieux, pas tant que ça

radieuxEn décembre 2006 (déjà !), j'encensais le recueil Axiomatique, de Greg Egan, me régalant même à l'avance de l'imminence d'un second volume. Un an plus tard, les éditions du Bélial nous ont livré ce volume tant attendu. Comme Egan peut parfois être décevant, c'est avec un mélange d'appréhension, d'envie, et de curiosité que j'ai ouvert la boîte de Shrödinger. Et comme la curiosité tue le chat, et bien le petit chat (de Shrödinger) est mort. Radieux est globalement mauvais, à mon goût. Il est en tout cas bien inférieur à Axiomatique. J'ai eu une impression d'enfermement en lisant ces nouvelles, sûrement due au fait que nombre d'entre elles sont datées. Le lecteur est plongé dans une anticipation périmée, transformée par les ans en uchronie rance et involontaire. Même en faisant l'effort de se détacher de ces repères temporels, le lecteur ne peut totalement sauver ces récits. Bref, Radieux ne m'a pas fait rêvé, ne m'a pas donné envie d'y être.
Heureusement, il me reste quelques lectures sous le coude, comme Le complexe du chimpanzé tome 2, Fiction, spécial N° 2 : Les Noëls électriques, L'Ecorcheur, Entrefer, et Les Seigneurs de l'instrumentalité, tome 2 : La Planète Shayol... À suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.