Filles d’Oxford ou d’ailleurs

Crimes à Oxford et The Darjeling Limited ne sont pas des grands films. Le premier est à peine distrayant, et ne parvient à tirer le spectateur de son ennui qu'en de rares occasions. Occasions souvent liées à la plastique avantageuse de Leonor Watling. Cette délicieuse trentenaire d'origine espagnole prête ses formes généreuses à une infirmière anglaise qui s'éprendra d'un étudiant hobbit venu d'amérique. En dehors de Leonor (qui est aussi chanteuse), on pourra retenir la prestation de Dominique Pinon, qui n'a pas à rougir de son anglais, contrairement à 99,9% de ses compatriotes. Les fans de V pour Vendetta, eux, ne manqueront pas le clin d'œil qui leur est fait en la personne d'un John Hurt (Adam Sutler dans V pour Vendetta) déguisé en V.

Le second film, The Darjeling Limited, est plus léger, et moins ennuyeux. Mais en dépit de quelques moments forts, il ne laisse pas un souvenir impérissable. Les plus accrocs aux paires de fesses profiterons de quelques secondes de Nathalie Portman nue. Mais cette dernière est menue, maigre, voire grêle. On lui voit toutes les côtes, c'est tout sauf joli, et le charme et la beauté de son visage ne suffisent pas à faire oublier que le standard hollywoodien est à l'anorexie.

Bref, vous l'aurez compris, je n'échangerai pas mon barril de rotondité ibérique contre un barril de star américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.