Carte postale Niçoise

Nice ! Promenade des anglais, plages de petits galets bondées de septuagénaires tannées par le soleil, farniente, mer calme et bleue sous un soleil radieux...
Le beau temps est agréable à tous. La canicule par contre, c'est plus discutable. Les nuits en pointillés se suivent et se ressemblent tant la chaleur est écrasante, alors que le reste de la France est sous les orages. Mais même à demi privé de sommeil, Nice est une ville bien agréable. Ses ruelles colorées s'enchaînent, encombrées de boutiques à souvenirs et de restaurants, et embouteillées de touristes en tongues à 1 euro 50 qui vous violent l'entre-deux orteils. Si la gastronomie, délicieusement influencée par l'Italie toute proche, est un élement vital de la ville, le spectacle de la rue l'est tout autant.

En terrasse, la petite robe est de rigueur, dévoilant parfois un sein, blanc sous la ligne de démarcation du maillot de bain, adorable rondeur porcelaine sur un écrin de mélanine et de coton.
Quant aux plages, elles sont parsemées de beautés slaves, toutes en jambes et en moues boudeuses, chaperonnées par une matriarche au visage sévère, incarnation de la Mère Russie, ou un père, au physique de tueur à gage ou de haut fonctionnaire d'un parti reconverti à un capitalisme sans foi ni loi.

La chance avec Nice c'est que la cagole se fait plutôt rare, si bien qu'on a finalement l'impression que la ville est remplie de jolies filles pleines de charme. Exit la vulgarité.

3 comments

  1. Comment, tu viens à Nice et tu ne me dis rien ?
    Des vacances sur la Côte, tu t'embourgeoises ! ;)

    A+

  2. Oh un Régis ! Salut !
    Hé oui, je ne dis rien à personne, je suis incognito comme les testeurs du guides Michelin ;)

    Maintenant, il faut que j'aille soigner mes coups de soleil...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.