Le Japon : un pays de mal-bouffe ?

Dans nos esprits, la gastronomie japonaise est toujours associée au poisson frais, à la nourriture saine, et à un art de vivre millénaire propice à la prolifération des centenaires.
Je suis certes un cas un peu à part, puisque je ne mange pas de poisson (ni de crustacés, ni de poulpes, ni de méduses, etc.). Mais cette excentricité n'explique pas à elle seule que j'ai pu perdre 4 ou 5 kg en 15 jours.
Quand on pose le pied à Tokyo, on constate rapidement que l'image d'Épinal du restaurant à sushi un peu hype aux vertus diététiques est assez éloignée de la réalité nippone. Environ 9700 km, si vous aimez les chiffres, et que vous vivez en France.
Les rues de Tokyo, d'Osaka ou de Kyoto sont pleines de petits restaurants dont émanent des odeurs de friture dès 9 ou 10h du matin et jusqu'à tard dans la nuit. On trouve, en exagérant à peine, un restaurant tous les dix mètres, chacun essayant d'attirer la clientèle par des vitrines d'assiettes garnies en résine.

assiettes, photo (c) sophie

Pendant ce séjour, j'ai été surpris de constater que les japonais mangent à toute heure. Ils mangent aussi énormément d'aliments frits : le mythe de la nourriture saine en prend un sérieux coup.
La lente américanisation (mondialisation ?) de la culture japonaise a aussi fait émerger des établissements comme les Dunkin' Donuts et autres dérivés, qui proposent essentiellement de la junk-food grasse et relativement insipide. Je vous recommande de les éviter, sauf si vous êtes fans de petits-déjeuners au fast-food. La seule chaîne ayant trouvé grâce à nos yeux est UCC Café Plaza. Nous y avons dévoré avec grand plaisir des gaufres aux fruits, à Kyoto et Tokyo. De quoi partir du bon pied pour une journée de divagations touristiques.
Étrangement, pour un pays qui a une telle réputation de gastronomie équilibrée et saine, on trouve partout une profusion inquiétante de pilules, boisons et autres infusions aux propriétés drainantes ou carrément amaigrissantes. Ces prétendus remèdes anti-graisse se proposent d'affiner la silhouette et d'évacuer l'embonpoint. Faut-il y voir la fin d'une époque ? Le japon a-t-il mis le pied dans l'ère de l'obésité ?

One comment

  1. Bah, la cuisine japonaise traditionnelle est plutôt diététique (même les palts frits ne sont pas si gras que chez nous) et équilibrée, mais c'est sur, faut aimer les fruits de mer. La junk-food c'est un phénomène mondial hélas et il n'y a aucune raison pour que le Japon soit épargné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.