3 mois avec un fitbit One

Depuis trois mois, je transporte un tracker fitbit One, presque en permanence. Ce petit gadget est équipé entre autres de nombreux accéléromètres, d'une batterie, d'une mémoire et d'un peu d'intelligence. Il permet essentiellement de mesurer vos mouvements, qui sont décomposés par le logiciel en pas et extrapolés en kilomètres parcourus, étages montés, calories brûlées, etc.
La nuit il permet aussi de suivre votre sommeil. Le fitbit One est vendu avec un bracelet ressemblant à une bande de tissus dans le quel l'appareil vient se loger. Ainsi vous connaitrez le lendemain le détail de votre agitation nocturne, et vous pourrez aussi vous faire réveiller par son mode vibreur.
fitbit_badgesJe dois bien avouer que ce petit tracker est assez ludique. Le site du fabriquant sert à paramétrer son appareil en lui donnant un nom, en réglant les dates et heures des alarmes, etc. Il permet aussi et surtout d'extraire et de visualiser les données enregistrées au travers d'un dongle bluetooth dédié. Et ces données vous permettent de gagner des badges virtuels récompensant votre dépense énergétique. Malheureusement, quand on mène une vie plutôt sédentaire, l'aspect ludique s'étiole assez vite, à mesure que les badges sont de plus en plus inaccessibles. Avec une moyenne hebdomadaire de 3000 pas, j'ai pu obtenir le badge "20000 pas en une journée" dans un contexte tout à fait particulier. Je n'envisage pas d'occasion qui pourrait me permettre d'atteindre les 25000 pas sur une journée dans les mois qui viennent. L'aspect communautaire de fitbit.com est tout à fait négligeable en ce qui me concerne, même si faire la course aux stats avec pioupioum est toujours marrant.
fitbit_dashboard
Après trois mois d'utilisation, mon bilan est globalement positif. Le marketing chez fitbit insiste sur le fait que la simple utilisation du produit encourage à faire des efforts. C'est plutôt vrai. Je marche un peu plus, mais surtout j'évite autant que possible les ascenseurs ce qui me permet d'afficher des escalades quotidiennes parfois surprenantes. Au quotidien j'ai oublié facilement la présence du gadget, et je ne réalisais pas à quel point je peux parfois frôler des obstacles, jusqu'au jour où mon One s'est accroché dans un portillon de métro, déformant et déchirant en partie sa fixation de ceinture (amovible). Je garde désormais l'engin dans la poche-gousset de mon jean.
Côté sommeil, j'ai cessé de porter le bracelet nocturne il y a quelques semaines. Ce n'est pas terriblement sexy, et parfois il m'a gêné dans la nuit. Je dois néanmoins admettre la grande fiabilité des alarmes vibrantes comme réveil. C'est tellement atypique d'avoir un bracelet qui vibre au poignet, que le réveil est assuré.
Côté synchronisation, et gestion de la configuration, tout fonctionne comme attendu, sauf la sauvegarde des alarmes qui peut être parfois laborieuses. Une fois qu'on a compris qu'il est plus simple de détruire une alarme pour en créer une autre, que d'en modifier les réglages, alors il n'y a plus de souci.
Un seul vrai regret, j'aurai vraiment souhaité une gestion des rythmes du sommeil. L'appareil suit votre agitation, il pourrait très bien adapter l'heure de l'alarme pour vous réveiller au moment le plus opportun de votre cycle.

One comment

  1. Je possède un Fitbit depuis 18 mois et j'ai un petit score de 1200 kilometres sur l'année 2012.

    A l'occaz rajout moi dans l'onglet mes amis ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.