Premiers pas sur un clavier mécanique moderne

Compte tenu que mes débuts avec l'informatique, ou tout au moins avec le matériel informatique, remontent à 1985, je ne peux pas réellement parler de premiers pas avec un clavier mécanique. Ici il s'agit par contre réellement de ma première expérience avec un équipement moderne : un clavier VortexGear ViBE en ISO-FR, doté de switches MX silent red. Une bestiole assez rare finalement puisqu'elle a été importée de Taïwan spécialement pour moi, en un seul exemplaire.

Tout d'abord il faut savoir que le monde des claviers mécaniques de bonne facture est riche et varié, plein de formes, de couleurs et de sons qui ont en général pour effet de créer l'addiction chez les gens qui s'y intéressent d'un peu trop prêt. Avant même d'en avoir touché un j'en voulais déjà deux. Mettre un pied dans cet univers c'est aussi découvrir l'attente, et la frustration. Certaines pièces rares produites à la demande à l'issue de longues procédures d'achat groupé peuvent se faire attendre plus d'un an.
Moi j'ai presque de la chance, ayant fixé mon dévolu sur une marque puis sur un modèle, j'ai modestement attendu 5 mois. Les modèles ISO-FR étant particulièrement rares, il faut d'abord avoir la chance que le fabricant le propose, ensuite qu'il constitue des stocks, pour finir qu'il daigne vendre et expédier ces stocks.

Je remercie d'ailleurs énormément l'importateur/revendeur français sans qui je n'aurais sans doute jamais pu acheter mon clavier : Gamers Industry.

Un clavier mécanique de bonne facture, correctement construit, avec des matériaux qui tiennent la route, c'est une expérience unique. Tout ou presque peut se choisir pourvu qu'on y mette les moyens : matière, couleurs, typo des touches, profil, switches (linéaires ou pas, silencieux ou pas, durs ou tendres), nombre et disposition des touches, avec ou sans fil, boîtier en plastic, bois ou métal, programmable ou pas, etc.
Celui que j'ai acheté ne démérite pas. Je l'ai choisi sur la base de son look et de la promesse d'une ergonomie originale mais aussi parce qu'il était disponible dans les options que je souhaitais : disposition des touches ISO-FR, avec fil, boîtier métal, switches silencieux. Ce n'est pas un clavier haut de gamme, mais il coûte déjà autour de 155€.

Je me suis imprégné de culture "méca" pendant plus de 6 mois, j'ai beaucoup lu pour prendre la mesure de la chose, connaître les termes et les techno, savoir ce qui est possible et ce qui ne l'est pas et à quel prix. Et c'est finalement une fois que j'ai l'objet sur le bureau, que je m'en sers, que je me confronte à ses qualités et à ses limites que je vis enfin les choses pour de vrai loin du tumulte des forums d'aficionados et des vidéo d'unboxing.

L'expérience en elle même est dure à raconter. Je suis ravi de mon achat, la bête est compacte, trapue, lourde et sa construction lui donne une belle sonorité. Il était primordial pour moi que le clavier soit silencieux. Il l'est absolument comparé à un méca quelconque, mais il reste plus sonore que mon clavier Apple alu. La frappe est très douce grâce à ses switches silent red mais l'ergonomie me comble un peu moins que l'esthétique. Ce n'est pas étonnant : il faudra quelques semaines ou mois d'utilisation avant d'habituer mes doigts à une disposition sur plusieurs couches. Comme je l'avais mesuré, je fais une utilisation non négligeable des flèches de navigation et du pavé numérique. Ici les deux sont sur les mêmes touches physiques et on passe de l'un à l'autre via l'activation d'une couche logique : la touche numlock transforme le pavé numérique en pavé de navigation avec flèches, page-up etc. Pour compliquer les choses sur Mac c'est Fn-Numlock.

Si le look général du clavier est extrêmement satisfaisant, dans le détail la réalisation pêche parfois. Au nombre des défauts je mentionnerai particulièrement la touche "entrée" du pavé numérique qui était installée à l'envers et dont un des stabilisateurs est grippé. Si bien que si la touche est convenablement enfoncée sur le switch et ses deux stabilisateurs, alors quand on la presse elle reste coincée en position basse. Il suffit de démonter la touche et de la remonter en douceur pour ne pas enfoncer le stabilisateur récalcitrant, et tout fonctionne bien. Il aura besoin d'un coup de lubrifiant probablement. Les légendes de certaines touches aussi sont mal alignées, comme la touche 5 du pavé numérique qui est légèrement décentrée.

Autre défaut significatif : le clavier probablement fabriqué assez récemment est pourtant livré avec un firmware très ancien qui ne fonctionne pas bien. Il faut donc le mettre à jour dans sa dernière version datant elle-même de plus d'un an. Une fois mis à jour le clavier fonctionne parfaitement.

Moyennant quelques réglages côté système, je suis parvenu à le faire fonctionner à 100% sur OSX et sur FreeBSD, le fonctionnent complet sur Windows 10 étant lui immédiat. Il me reste encore des tonnes de choses à découvrir puisque le ViBE dispose de 4 couches dont 3 sont programmables. C'est à dire qu'il est possible de créer 3 personnalisations complètes du clavier, chacune étant activable par une combinaison de touche et repérée par une led de couleur différente sous la barre espace.

J'ai déjà hâte d'acheter le prochain, sans doute un Vortex Tab 90M dès qu'il sera dispo en ISO-FR, ou un Planck EZ, ou les deux... :)

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.