Glossy for the dummies

Le "glossy", brillant et superficiellement attractif in english, est un attribut qui envahi de plus en plus l'univers de l'informatique et de la HIFI. Les fans d'hypermarché et les types du rayon boucherie le savent bien : on n'achète plus un produit mat, c'est impossible. Il faut du reflet, il faut se voir dedans, il faut que ça brille. La télé et la voiture doivent briller, la couverture des cahiers des mômes doit briller, même les pommes doivent briller. Dire que les minettes n'ont de cesse de "matifier" leur teint, quelles cruches !
Bref, pendant que le gogo n'achète que ce qui brille (John Siracusa a su mettre les mots sur cette affliction), l'industriel fait ses comptes. Et l'industriel qui m'intéresse, une fois n'est pas coutume, c'est Apple. En bon capitaliste, Apple nous a donc infligé des écrans "glossy" avec sa première gamme de MacBook, puis avec la seconde gamme de MacBook Pro, fort heureusement avec une option "écran mat" pour ces derniers. Aujourd'hui, Apple récidive avec des iMac 20" et 24" écran brillant. Steve Jobs justifie ce choix par la demande des clients. D'après lui "les clients réclament de l'aluminium et du glossy". Quels clients ? Est ce que l'on parle des clients de supermarché évoqués plus haut, ceux qui utilisent un ordinateur 10 ou 20 minutes par jour, le temps d'envoyer un mail ? Ou est ce que l'on parle des clients qui ont répondu au sondage de Lenovo en votant à 86% contre les écrans brillants ?

Ne nous y trompons pas, Steve Jobs n'est pas un âne, il est d'ailleurs parfaitement hypocrite quand il prétend qu'on lui réclame en masse des écrans brillants. Sur ces écrans, les couleurs paraissent sublimes, plus "vibrantes" blah-blah-blah, mais ce sont de piètres outils de travail. Jobs sait exactement ce qu'il fait quand il met toute son offre grand public en écrans brillants, et laisse son offre professionnelle en écrans mats. Il donne aux pauvres (et aux idiots) ce qu'ils pensent vouloir (un faire-valoir brillant), et aux professionnels ce dont ils ont besoin (un outils de travail). La faille dans ce plan, c'est que l'iMac 24" est une fantastique machine pour de nombreux professionnels, et que toutes les "petites mains" qui vont se retrouver équipées de MacBook ou d'iMac vont lutter avec les fenêtres et les néons de leur bureau pour lire leur écran. Inutile de préciser que ce sont les fenêtres et les néons qui gagnent toujours à la fin. Si il est rassurant de se dire qu'on ne verra pas un 30" Apple brillant avant longtemps, il est bien désolant de voir Apple se fourvoyer dans cette vente forcée de dalles brillantes.
Quoi qu'il en soit, cela tombe à pic. Je cherchais justement une bonne excuse pour acheter un Mac Pro plutôt qu'un iMac 24".

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.