Relia Fanless Industrial PC : fanless oui, industriel pas trop.

Depuis un moment, pour des raisons de silence et surtout d'encombrement, je voulais remplacer mon routeur (une tour ATX avec ventilation relativement silencieuse) par un boitier compact sans ventilateur. Les conditions à remplir étaient les suivantes :

  • ventilation passive,
  • puissance CPU d'actualité, et 64bits
  • 2 ports ethernet, grand minimum,
  • WIFI,
  • port série,
  • 2 emplacements pour disque dur, grand minimum,
  • ne pas coûter un bras.

En cherchant des petits PC fanless "industriels" je suis tombé sur Aleutia, qui propose le modèle Relia. Celui-ci rempli approximativement le cahier des charges. Surtout, les gens chez Aleutia ont bien assuré l'avant-vente, répondant à mes nombreuses questions avec rapidité et précision. Pour la somme pas vraiment négligeable de 848,32 euros j'ai :

  • un mini PC sans ventilateur,
  • Core i3 2.8 GHz,
  • 8 Go de RAM,
  • carte Wifi/Bluetooth avec deux antennes de 30cm,
  • (seulement) 2 ports ethernet,
  • SSD de 64 Go mini-PCIe,
  • 2 emplacements pour disques durs de 2,5".

Aleutia Reliacrédit photo : Aleutia

Comme l'engin n'a que 2 ports ethernet, il m'a fallu ajouter un mini switch ethernet silencieux (Netgear GS105E) pour 25 euros de plus. J'ai aussi monté dans le boitier 2 disques HGST Travelstar 7K1000 en SATA III, 1To chaque.
Montant total : 1032 euros et 19 cents.

Sur le plan physique, je suis satisfait de mon achat. L'alimentation externe est petite et discrète et le PC est compact, très robuste, d'un beau noir mat. Il est incontestablement d'aspect industriel, à tel point que je ne laisserai pas des gamins jouer avec : en le manipulant on peut se faire mal sur les angles des radiateurs latéraux. Il est livré dans la boite d'origine du fabricant Streacom.

Sur le plan du silence par contre, on repassera. La machine émet une sorte de couinement aigu, d'intensité variable et inversement proportionnelle à la charge CPU. Ce bruit d'origine électronique est désagréable, car il porte loin et que j'y suis sensible. Moralité, pas besoin de ventilateur pour polluer l'ambiance. Par dessus, j'ai rajouté les deux disques qui font, même inactifs, un léger bruit de ventilateur.

À l'intérieur ça se corse. La carte mère est un simple modèle de bureau, la Intel DQ77KB. Et ça, ce n'est pas une bonne nouvelle (même si je le savais avant d'acheter). Pour faire simple, et court, je découvre les joies des "interrupt storms", des chipsets qui font tout sauf le café, et qui donc ne font pas forcément bien le travail. Je me retrouve aussi face à un BIOS pas très robuste et manquant de souplesse.
Il n'y a que sur une carte mère grand public que le système d'exploitation peut perdre les pédales quand on branche un écran. Là où une carte de serveur aurait une électronique bien mieux cloisonnée, et un simple port VGA bien robuste, on a ici sans doute trop de gadgets sur la même ligne d'IRQ. Au hasard : l'IRQ 16 c'est 6 ports USB3 et USB2, un port Displayport et un port HDMI.
Alors bien sûr, il y a vraisemblablement un bug du côté de FreeBSD, mais avec une carte mère Tyan ou Supermicro, je n'aurais eu aucun problème. Résultat, le port HDMI est totalement inutilisable, sauf en cas d'urgence. C'est une machine headless, donc j'en fais le deuil, mais c'est pénible.
Autre souci, et non des moindres : la carte Wifi vendue avec le Relia est une Intel Centrino Advanced-N 6230. Elle fonctionne, mais elle ne permet pas la création d'un point d'accès (mode hostap). C'est uniquement dans ce but que j'ai besoin d'une carte Wifi. Je dois donc trouver une alternative compatible hostap, qui rentre dans un slot half-mini PCIe. Je cherche encore...
Et pour finir, les câbles SATA fournis par Aleutia ont des prises droites, qui s'avèrent problématiques pour brancher les disques sur les ports SATA III. Heureusement, j'avais des câbles coudés en réserve.

Comme évoqué plus haut, Aleutia a bien assuré la phase d'avant-vente. Par contre, l'après-vente est très décevante. J'ai contacté une fois le support technique : pas de réponse. J'ai donné des info à l'ingénieur avant vente au sujet de la compatibilité de la carte Wifi avec le mode hostap : pas de réponse. En gros, j'ai le sentiment qu'une fois qu'on a payé, on n'est plus trop intéressant pour eux.

Un peu de positif tout de même : j'ai pu installer assez facilement FreeBSD 9.1 sur le SSD, intégralement sur ZFS (même le swap). Les deux disques durs, dont on me reprochera le fait qu'ils ne sont pas très fiables, servent à stocker mes sauvegardes d'autres machines. J'ai donc volontairement choisi un bon rapport volume/prix, la fiabilité est un peu secondaire. Ils sont aussi formatés en ZFS avec un alignement de 4K.
Je constate néanmoins des soucis de performance. Si j'envoie un gros volume de données entre un des disques et le SSD, la charge CPU monte facilement à 15-20, et je peux perdre la main jusqu'à la fin du transfert. La compression gzip que j'utilise sur de nombreux volumes est sans doute en cause.

Le bilan est plus que mitigé. Le Relia remplace un PC bi xeon LV dual core (Sossaman 32 bits), carte mère Tyan, avec 3 ports ethernet et une carte Wifi en access point. Certes il prenait de la place, et était ventilé, mais il avait aussi un port série pour le branchement de ma sonde de température et mon lecteur de iButton. Finalement, je gagne ZFS sur du 64bits, et je multiplie ma RAM par 8, je supprime une tour du salon, mais pour le reste je ne me sens pas gagnant !

Pas malin

Voilà, je viens de donner un accès illimité à mes données personnelles, mes contacts, mes photos, mes sms, mon historique de navigation, et j'en passe, à une entreprise américaine qui n'a pas grand respect pour la vie privée et dont les pratiques me répugnent presque autant que celles de Facebook. Je suis géolocalisable une bonne partie du temps, j'ai autorisé des logiciels à accéder et modifier mes données de manière non documentée. J'ai mis pas mal d'argent dans un appareil moderne qui consomme tellement qu'il a autant d'autonomie qu'un modèle de 10 ans d'âge avec sa batterie d'origine, en prime je tue des ours polaires parce qu'il n'est pas démontable (sans doute pas réparable) et que la batterie n'est pas remplaçable par l'utilisateur. Il n'est pas extensible et sera sans doute périmé dans moins de 3 ans. Son client mail par défaut ne sait pas faire de l'authentification CRAM-MD5, et bien sûr je ne peux rien synchroniser directement à partir de mon ordinateur, tout doit être stocké sur et transféré via des serveurs américains.
Bref, j'ai un Google Nexus 4.

Spam à la française

J'aime la grande concision du message, le coup au but, sans préliminaire, brut. En France, on va à l'essentiel. Enterrés Cyrano, Roméo et consort. En comparaison le spam anglosaxon est bien indigeste…

spam-ridicule

Bonjour vie privée

Je pourrais me lancer dans une grande dissertation sur la manière de protéger sa vie privée sur internet, et sur tous les mômes qui s'en foutent aujourd'hui, et pleureront demain. Mais comme rien n'est plus pédagogique qu'une démonstration, surtout avec une fille à poil, en voici une.
Vous connaissez presque tous, j'en suis sûr, le site bonjourmadame.fr. Pour les autres, sachez jusque que ce site présente une fois par jour une photographie de jeune femme sexy (comprendre nue), les contributeurs (et/ou l'administrateur) n'hésitant pas à supprimer la signature du photographe, et à convertir de temps en temps le résultat en noir et blanc parce que ça donne une caution artistique.
Parfois, un fan du concept un peu zélé va poster une photo de sa copine. C'est déjà un peu limite car rien ne dit si la copine est d'accord, ou même si les gens qui pilotent le site s'en soucient. Mais le fan est prudent, il ne veut pas qu'on reconnaisse sa copine, alors il lui coupe la tête dans un recadrage un peu barbare. Le bougre croit qu'il est bordé, que plus rien ne peut lui être reproché. Ce qu'oublie notre bonhomme c'est que la protection de la vie privée ça ne se fait pas par dessus la jambe, et qu'un coup de ciseaux dans une photo ou tout autre type de document ne suffit pas toujours.
Ainsi, certains logiciels conservent dans les méta données du fichier un aperçu de l'image d'origine. Moi je trouve ça particulièrement marrant, mais la copine sûrement moins.

bonjour vie privee, ou comment finir à poil dans les EXIF d'une photo
Sur la capture ci-dessus, j'ai bien sûr flouté la jeune fille. Bonjour vie privée !

edit du 2 février 2013 : il a récidivé avec la même jeune et pulpeuse demoiselle. Cette fois en nu intégral.

Canon veut que je passe chez Nikon

Depuis des années, je suis utilisateur convaincu de boîtiers Canon. J'ai investi dans cette marque, et suis plutôt satisfait de mon (presque ancien) 40D. La résolution n'est plus d'actualité, il ne fait pas de vidéo, mais il fait bien le boulot, et surtout je peux utiliser mon Ranger Quadra à 1/250 ème sans-fil, et même à 1/320 ème en filaire.
Finalement, pour combler le geek qui vit en moi, il ne lui manque que le Wifi et le GPS. Rappelons que Canon vend très cher les grip avec fonction Wifi (autour de 900 euros...), que c'est gros et moche, et que cela interdit l'utilisation d'un autre grip (batterie pour ne citer que le plus utile).
Mais voilà que Canon dévoile son 6D, un full frame à mis chemin entre 7D et 5D, il a des spécifications un peu légères, mais ambitionne un prix assez abordable. Surtout, le diable, il dispose d'un GPS et du Wifi intégrés au boîtier, et ça c'est une révolution (chez Canon). J'exulte, je vais pouvoir remplacer mon vieux 40D par un super 6D Full Frame + Wifi + GPS + Video HD… et soyons fous, y ajouter un iPad Mini avec l'application Canon de pilotage du boîtier, pour pouvoir contrôler mes photos directement pendant le shooting. En un mot : le Rêve.
Jusqu'au moment, où comme souvent ces derniers temps avec Canon, le rêve tourne au cauchemar : vitesse de synchro flash 1/180 ème. En un mot, c'est pathétique. Il est juste incroyable d'oser sortir sur le marché un boîtier Full Frame, avec des équipements haute technologie, tout en le rendant inutilisable pour tous les utilisateurs de flash de studio.
N'achetez pas Canon.

And just in case Canon Marketing would read this: the 6D could have been a really nice camera, but you choose to release a crippled DSLR. You have managed to make something worse than the shameful 1/200s synchro speed of the 5D MkII. What is your next step? 1/120s?

L4D2: hit a key to stop team kill

L4D2 is a very nice game: loads of zombies and weapons in coop or versus challenges, nice maps… But with every popular game around, one day or another you'll find yourself playing with assholes. This kind of players that join your game in the middle of a map, shoot everybody, kill themselves, and leave, forcing you to replay the map. Of course it's always in expert mode, the harder one, and you can't do anything because it's so fast to kill your character when playing expert. It happened to me 3 or 4 times in just 2 days, always in expert mode of course. So I designed a key binding that helps stoping "team kill", giving you some time to ban and/or kick the killer without ruining the game.
It requires a server running Source Mod, and that you have the authorization to send sm_cvar commands to this server.

Locate your autoexec.cfg file somewhere in left 4 dead 2/left4dead2/cfg/, or create one if it does not exist yet. Open it in your favorite text editor, and paste the following code:

bind "o" "sm_cvar mp_friendlyfire 1;wait;sm_cvar survivor_friendly_fire_factor_expert 0.5;wait;sm_cvar survivor_friendly_fire_factor_hard 0.3;wait;sm_cvar survivor_friendly_fire_factor_normal 0.1"
bind "p" "sm_cvar mp_friendlyfire 0;wait;sm_cvar survivor_friendly_fire_factor_expert 0;wait;sm_cvar survivor_friendly_fire_factor_hard 0;wait;sm_cvar survivor_friendly_fire_factor_normal 0"

Change "o" and "p" by the letters you want to use. In this example, pressing "p" key will turn off every friendly fire damages, the "o" key will turn them back on.

When a team killer joins your game and starts shooting your teammates (and you), you might be fast enough to press the "p" key, rendering the killer mostly harmless, before he makes too much damages. Feel free to ban/kick the f*cker.

Enjoy.

Loi informatique et libertés : fail.

Il est de notoriété publique que les opérateurs de téléphonie mobile accumulent tout un tas de données personnelles sur leurs clients. Notamment, les dates et heures de synchronisation à leur réseau d'antennes, ce qui permet sans grand effort d'obtenir une géolocalisation de votre téléphone en fonction du temps, même un an après.
Toutes ces données sont normalement accessibles à l'abonné, en vertu de la loi dite "Informatique et Libertés" (loi n°78-17 du 06 janvier 1978). J'ai donc décidé de demander à mon opérateur (Bouygues Télécom) l'intégralité des données relatives à mon abonnement. Je me suis fendu pour l'occasion d'une missive papier dont voici le contenu censuré :

24 janvier 2012

Monsieur,

Je suis client Bouygues Télécom depuis plus de 7 années. Mes coordonnées sont :

Patrick Proniewski
13 rue XXXXXX 6900X Lyon

Numéro : 06 67 XX XX XX
Numéro client, tel qu'indiqué sur ma facture : 1.78XXXXX
Numéro de série de portable : 3543XXXXXXXXXXX

Conformément à la loi "Informatique et Libertés" n°78-17 du 06 janvier 1978, je souhaite que vous me fassiez parvenir l'intégralité des données correspondant à mon abonnement, à ma carte SIM, à mon téléphone. Notamment, mais pas uniquement, toutes les données en votre possession concernant les communications, et les synchronisations de mon portable avec le réseau d'antennes (données de géolocalisation notamment), sur l'intégralité de la durée de mon abonnement.

Les données devront être lisibles sans logiciel spécifique (export texte ou pdf, format csv ou tabulé...)

Sincère salutations,
Patrick Proniewski

Puis j'ai attendu. Longtemps. Jusqu'au 15 juin 2012 en fait, jour où j'ai reçu contre signature une grande enveloppe, très fine. La lettre d'accompagnement disait précisément ceci :

Objet: Exercice du droit d'accès (1)

Lettre recommandée avec AR

Monsieur,

Pour faire suite à votre courrier, veuillez trouver ci-joint la liste des informations à caractère personnel que Bouygues Telecom détient sur votre compte client.

Nous vous informons que cette présente liste des données est établie selon les délais de conservation notifiés à la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL).

vous souhaitant bonne réception de la présente.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués.

Service Inforntatique et Libertés
Direction des Systèmes d'Information

(1) Les données nécessaires au traitement des courriers reçus par le service Informatique et Libertés sont enregistrées dans un fichier informatisé à son usage exclusif pour l'accomplissement de ses missions. Vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en vous adressant au service Informatique et Libertés - Bouygues Telecom - 13-15 Avenue du Maréchal juin - 92366 Meudon La Forêt Cedex

On notera avec amusement que le service informatique et libertés de Bouygues a introduit une close récursive dans sa réponse. En matière de liste des données personnelles, c'est par contre beaucoup moins drôle, puisque cela se limite à une page et demi de rien, de non-sens, dont je livre la plus grosse partie ci-dessous :

la blague de Bouygues

La seconde page ne contient que 4 lignes de tableau, reprenant exactement les 2 dernières lignes de la première page, seule la date change. Autant dire, je n'ai rien, et cet accès à mes données personnelles est juste un coup d'épée dans l'eau.
Peut être mon opérateur actuel sera-t-il un peu plus bavard ?